Le baptême

Un Baptême … ça se prépare !

Chers parents,
Vous avez fait à votre enfant le cadeau sans prix de la vie. Cette vie que vous avez mise au monde vous dépasse. Elle est déjà une porte ouverte sur Dieu comme en témoigne votre démarche.

Vous lui faites maintenant un cadeau tout aussi précieux : qu’il puisse savoir combien Dieu l’aime, comme un père aime son enfant, et qu’il puisse goûter cet Amour par le sacrement du baptême.

Le baptême est le premier sacrement de l’initiation chrétienne.  On est toujours initié par un autre. Nous somme initiés par Dieu, en quelque sorte. A quoi ? A une vie nouvelle centrée sur la résurrection du Christ, sur Pâques.

Une église de pierres vous accueillera. Une demeure de pierres pour dire la maison que Dieu fait en vous et en votre enfant : « Je me tiens à la porte et je frappe, Si Tu m’ouvres Ton cœur, Je ferai chez Toi ma demeure. »

A sa naissance, vous avez immédiatement plongé votre enfant dans un bain : votre amour. C’est dans votre regard de père et de mère qu’il découvre le reflet merveilleux de la vie. Par le baptême, c’est dans le bain de l’amour de Dieu que vous décidez de le plonger. Il en ressortira nourri de la force de Celui qui est la source désaltérante de tout amour. En choisissant de baptiser votre enfant, vous lui indiquez qu’une vie d’homme ou de femme doit, pour être pleinement vécue, s’ouvrir et s’enraciner dans l’Amour.

Deux rencontres vous sont proposées pour y réfléchir :

  1. Vous vous retrouverez (Papa et Maman) avec d’autres parents pour bien situer le sens de votre démarche et de votre engagement à donner une éducation chrétienne à votre enfant.
  2. La deuxième rencontre préparera la célébration du baptême.

au nom de l’équipe de préparation au baptême et des personnes à la permanence de la paroisse.

Abbé M. PETITPREZ

Vidéo – le baptême : la clé d’une autre vie.

Inscriptions Baptêmes – Planning 2014

Questions à vous, parents, qui demandez le baptême pour votre enfant

Un Dieu qui prend l’initiative

– Lorsque vous attendiez votre enfant, l’aimiez vous déjà ?

– Oui, bien sûr.

– Pourtant vous n’aviez pas encore vu son visage. Il ne vous avait pas encore fait de sourire, ni dit « Maman, Papa ! » , ni « Je t’aime ». Pourtant vous l’aimiez déjà. Votre amour précédait sa réponse.

Dieu aussi l’aime déjà. Il n’attend pas que cet enfant lui dise « Père ! je crois en toi ». Dieu lui dit aujourd’hui « Moi je t’aime, tu es précieux à mes yeux ».

– Dieu prend un risque ?

– Oui, Dieu prend le risque de dire à votre enfant « Je t’aime » et le risque que cet enfant lui dise un jour « Moi je ne t’aime pas ! ». N’est ce pas le risque que vous avez pris vous aussi, parents, en donnant naissance à votre enfant?

Un Dieu qui attend une réponse

– Quelle langue parlera votre enfant ?

– … le français ?!

– Evidemment, ça sera sa langue maternelle, la langue qu’il apprendra à force de l’entendre. Voulez-vous qu’il parle aussi la langue de l’amour ? C’est la plus belle langue du monde, la langue qui traverse toutes les frontières.

Pour l’apprendre, il faudra que votre enfant l’entende parler. Oui, c’est à vous de lui parler cette langue : avec les mots de pardon, de service, de tolérance, d’accueil, de prière et de solidarité.

C’est la langue de Dieu. C’est la langue du fils de Dieu, Jésus le Christ, qui est allé au bout de l’amour pour son Père et pour ses frères les hommes.

Et si vous preniez le temps de prier… en couple !

Seigneur, nous tenons notre enfant devant Toi sans savoir ce qu’il sera demain. Par le don de cet enfant qui attend tout de nous, apprends-nous à tout recevoir de toi. Réchauffe notre cœur de ta paternelle présence afin que la chaleur de notre amour devienne le soleil de sa vie. Aide-nous, chaque jour, à gagner le pain dont il aura faim.
Surtout, Seigneur, Sème en lui les semences de la foi en ton fils Jésus-Christ et en l’Esprit-Saint qui est Vie éternelle. Fais de nous les jardiniers émerveillés du cœur de cet enfant, donne-nous la patience de respecter chacune de ses saisons et assez d’humilité pour reconnaître que c’est Toi le Créateur de cette jeune pousse que tu confies à notre vigilance, à notre sollicitude, à notre amour.

A toi notre action de grâce aujourd’hui et pour les siècles des siècles !