Notre Dame de la Visitation

Notre Dame de la Visitation – Bollezeele

Parce que vous êtes là pour toujours
simplement parce que vous êtes Marie
simplement parce que vous existez
Mère de Jésus-Christ
Soyez remerciée ! — Paul Claudel

 

Origine de la dévotion à Notre Dame de la Visitation

La dévotion à Notre Dame de La Visitation est très ancienne, antérieure au XIIIe siècle. La Vierge serait apparue, sur les bords de l’Yser, sous la forme d’une statue de pierre au pied de laquelle coulait une fontaine. Deux fois, on transporta cette statue devant l’église de Bollezeele sans apparat ; et chaque fois la statue revint au point de départ, en suivant un chemin que l’on marqua au fil rouge. Ce fut alors qu’on décida d’organiser une procession solennelle et que l’on vint à une troisième reprise chercher la statue, qui, cette fois, demeura à l’église.

La route suivie aujourd’hui le nom de « chemin de la Procession ». C’est en souvenir de cet événement que les pèlerins prenaient à l’autel de Notre Dame le fil rouge béni qu’ils portaient au bras.

Prenons ensemble, tels des pèlerins, venus d’horizon divers, réunis fraternellement, le chemin de la procession marqué par le « fil rouge ». Allons nous désaltérer à la source jaillissante de Notre-Dame, notre modèle !

Notre Dame de la Visitation
Notre Dame de la Visitation

1429 : Premier miracle (1/2)

Pendant l’hivers 1429, un enfant mort sans baptême avait été enfoui en terre profane. Vivement affligé du malheur de son enfant, la mère, encore alitée, reçoit en songe l’ordre de l’exhumer. Son mari, avisé du fait, trouve qu’il n’y a pas à s’occuper d’un songe. Mais il fait le même rêve et entend à plusieurs reprises le même ordre. Il finit par acquiescer aux sollicitations de sa femme et demande la personne qui avait enterré l’enfant. Moyennant salaire, l’exhumation sera faite.

ND de Bollezeele envoie à un père et une mère désolés l'inspiration de déterrer leur petit enfant mort sans baptême et enseveli depuis plusieurs semaines 1429
ND de Bollezeele envoie à un père et une mère désolés l’inspiration de déterrer leur petit enfant mort sans baptême et enseveli depuis plusieurs semaines 1429

1429 : Premier miracle (2/2)

Le petit cadavre enterré depuis déjà quinze jours est exhumé. Il est porté à l’église sur l’autel de Notre Dame de Bollezeele. Pendant qu’il y repose, ô prodige ! on le voit soudain palpiter et renaître à la vie. Il reçoit le baptême, expire de nouveau et est déposé en terre sainte.

ND de Bollezeele à la prière des parents et du curée de la paroisse réssuscite cet enfant qui est aussitôt baptisé 1429
ND de Bollezeele à la prière des parents et du curée de la paroisse réssuscite cet enfant qui est aussitôt baptisé 1429

1510 : Première neuvaine

En 1510, la peste ayant envahi toute la Flandre, y causa une mortalité générale. Les habitants de Bollezeele, Zegers-Cappel, Rubrouck, Merckeghem, Volckerinckhove, Eringhem, Lederzeele et Arnèke étaient décimés par le fléau. Ils eurent recours recours à Notre Dame de la Visitation et le fléau cessa. En reconnaissance, ils firent le vœu d’un pèlerinage annuel.

Malheureusement, le terrible fléau fit, peu de temps après, de nouveaux ravages dans la contrée. En 1512, des Pères Dominicains de Bergues promirent d’aller tous les ans en pèlerinage au sanctuaire de Bollezeele s’ils avaient le bonheur de n’en être point atteints ; et effectivement, une fois exaucés, ils s’acquittèrent pendant plusieurs années de ce vœu.

En souvenir de la délivrance de la peste en 1510, la région fait vœu du pèlerinage annuel
En souvenir de la délivrance de la peste en 1510, la région fait vœu du pèlerinage annuel

Les marins de Dunkerque

Plusieurs personnes échappèrent miraculeusement au naufrage en recourant à la Vierge de Bollezeele. En effet, la tour de l’église de Bollezeele, à cette époque, s’apercevait de loin dans la mer. Les matelots de Dunkerque sont venus en foule vénérer la Vierge de Bollezeele.

Avant que ne fut trouvée la statue de Notre Dame des Dunes en 1403 les marins dunkerquois en péril de mer faisaient vœu d'aller remercier ND de Bollezeele s'ils échappaient au naufrage
Avant que ne fut trouvée la statue de Notre Dame des Dunes en 1403 les marins dunkerquois en péril de mer faisaient vœu d’aller remercier ND de Bollezeele s’ils échappaient au naufrage

D’autres miracles

Un grand nombre d’aveugles, de boiteux et d’autres personnes malades furent guéris de leurs infirmités par la protection de la Sainte Vierge. Malheureusement, les registres qui contenaient les détails de ces divers miracles ont été perdus pendant les guerres qui ont désolé le pays notamment par les Gueux.

Une multitude de femmes, par suite d’accouchements douloureux et proches de la mort, ont été sauvées en invoquant le nom de la Vierge de Bollezeele. Beaucoup de femmes stériles eurent le bonheur de devenir mères en recourant à la Sainte Vierge invoquée sous le titre de Notre Dame de la Visitation.

De 1429 à 1694 une foule d'infirmes de toute espèce de la Flandre et du Brabant viennent demander à ND de Bollezeele leur guérison et l'obtiennent
De 1429 à 1694 une foule d’infirmes de toute espèce de la Flandre et du Brabant viennent demander à ND de Bollezeele leur guérison et l’obtiennent

1621 : Isabelle, l’infante d’Espagne

La Vierge de Bollezeele avait acquis une telle célébrité dans toute la Flandre et le Brabant qu’en 1621, la Princesse Isabelle Claire Eugénie, infante d’Espagne, épouse du Prince Albert, entreprit d’y faire un pèlerinage dans l’espoir d’obtenir un fils.

Elle vint en personne de Bruxelles à Bollezeele. Elle se confessa, reçut la communion et rendit publiquement ses hommages à la Vierge, lui suppliant d’avoir un fils qui succéderait et deviendrait l’héritier de son époux.

Elle fit 3 dons : Un reliquaire contenant les cheveux de la Sainte Vierge qu’elle avait eus de la Maison de Notre Dame de Lorette, une chaîne en or et une chasuble brodée de ses propres mains.

Cette visite eut un grand retentissement dans le pays ; et, nous savons que, lors de la neuvaine de 1634, les confessions commençaient à deux heures du matin et qu’il en eut près de 2500 ; chaque jour étaient célébrées au moins dix messes ; un veilleur était payé pour passer la nuit dans l’église ; beaucoup de pèlerins apportaient en offrande des dons en nature (agneaux, volailles, blé, lin, beurre, œufs…)

Pour perpétuer le souvenir de ces faits, on peut lire dans l’église, en latin, mais retraduit ici en français :

  1. Isabelle Claire, Infante d’Autriche, vous avez donné à Bollezeele des cheveux de la Vierge Marie.
  2. La Sérénissime Princesse de toute la Belgique, Isabelle Claire, Infante d’Autriche a communié dans ce lieu.
Isabelle d'Espagne vint en 1621 vénérer Notre Dame de Bollezeele et lui offrit sa ceinture avec les cheveux de la S. Vierge
Isabelle d’Espagne vint en 1621 vénérer Notre Dame de Bollezeele et lui offrit sa ceinture avec les cheveux de la S. Vierge

1650 : Les Jésuites de Saint-Omer

En 1650, la ville de Saint-Omer fut en proie aux horreurs de la peste. Les Pères Jésuites, dirigeaient le collège anglais, mirent eux aussi toute leur confiance dans la Vierge de Bollezeele.

En remerciement d’avoir été délivrés du fléau, ils offrirent une lampe d’argent avec cette inscription :

« A l’Auguste Vierge de Bollezeele qui délivre de la Peste ».

De plus, chaque année, ils venaient en pèlerinage durant la Neuvaine. Malheureusement, la guerre les a forcés à suspendre leur dévotion mais ils ont continué de venir chaque année à Bollezeele

Ils offrirent aussi en 1687 le reliquaire d’argent pour exposer les cheveux de la Vierge à la vénération des fidèles, ainsi qu’un calice en argent où se lisent ces mots :

« Offert par le séminaire anglais de Saint-Omer. A la Bienheureuse Vierge de Bollezeele. L’An du Seigneur 1687 »

1660 : la baronne d’Esquelbecq

En 1660, la Baronne d’Esquelbecq était, depuis 3 jours, sur le point d’accoucher sans pouvoir y arriver. Elle invoqua avec confiance la Sainte Vierge et aussitôt accoucha.

1682 : Marie-Thérèse, épouse du Roi d’Angleterre Jacques II

En 1685, La Reine d’Angleterre, épouse du roi Jacques II, avait appris que la Sainte Vierge se faisait depuis longtemps connaître dans la paroisse de Bollezeele par d’éclatants miracles et qu’un grand nombre de femmes stériles avaient eu le bonheur de devenir mère en allant à ce sanctuaire honorer le mystère de la Visitation. Elle pria la Sainte Vierge ardemment.
Elle mit au monde le Prince de Galles le 20 mai 1688. Elle accoucha non seulement sans péril ni douleur, mais son âme fut inondée d’une joie indicible. Aussi, tous ceux qui furent témoins de son bonheur, regardèrent ce enfant comme un don du ciel.

En 1660 Marie-Françoise de Ghistelles, Baronne d'Esquelbecq, miraculeusement délivrée par l'invocation de ND de Bollezeele d'une situation désespérée lui offre un ex-voto en argent du même poids que son enfant
En 1660 Marie-Françoise de Ghistelles, Baronne d’Esquelbecq, miraculeusement délivrée par l’invocation de ND de Bollezeele d’une situation désespérée lui offre un ex-voto en argent du même poids que son enfant

1859 : Deux nouveaux miracles

La dévotion à Notre Dame connut un certain ralentissement pendant les années de guerre dont la Flandre devint le théâtre (fin du XVIIeme et début du XVIIIeme) puis pendant la guerre de la succession d’Autriche (1740 à 1748), et de nouveau pendant les années de la révolution française.

En 1859, Bollezeele comptait 27 jeunes gens sous les drapeaux dans la guerre d’Italie. Pas un seul d’entre eux ne reçut la moindre blessure.

La même année, une grêle épouvantable ravagea les moissons des paroisses environnantes. Seule, la commune de Bollezeele fut épargnée.

Ces deux traits de protection de la part de Notre Dame se sont reproduits, le premier lors de la désastreuse guerre contre l’Allemagne en 1870 ; l’autre, à différents intervalles, dans des ouragans et tempêtes de grêles qui ont dévasté la contrée.

16 mai 1910 : Couronnement de Notre Dame de la Visitation

Cet événement d’une importance « incalculable » réunit une foule estimée à 15000 personnes et plus de 100 prêtres de Flandre sous la présidence de plusieurs évêques.

Plus de 50 groupes costumés, déléguées par les communes des arrondissements de Dunkerque et d’Hazebrouck, précédaient le char de Notre-Dame, traîné par quatre chevaux caparaçonnés.

Mais un orage éclate soudain à 100 mètres du défilé, la foudre tombe sur un arbre. On s’abrite au hasard des maisons et des fermes. Quand la pluie cesse, le cortège reprend sa marche et au son des fanfares, on arrive triomphalement à l’église.

Devant le porche, l’Archevêque Monseigneur Delamaire, Archevêque de Cambrai, pose sur le front de la statue un diadème d’or fin, orné de pierreries.

1935 : 25ème anniversaire du Couronnement

Le 30 Juin 1935, fut célébré le 25ème anniversaire du Couronnement de Notre Dame de la Visitation auquel fut joint un Congrès Eucharistique : Cette fête fue présidée par son Eminence Le Cardinal Lienart, Evêque de Lille.

1960 : 50ème anniversaire du Couronnement

Du 30 Mai au 06 Juin 1960, fut célébré le 50ème anniversaire du Couronnent de Notre Dame de la Visitation auquel fut joint un 2ème Congrès Eucharistique. Le 06 Juin 1960, au matin, une Grand’Messe Pontificale chantée par son Excellence Mgr Dupont, sur le podium de la Grand’Place avec le concours des Chorales du Diocèse et l’après-midi, eut lieu un cortège des Madones et procession du Saint Sacrement sous la présidence de son Emincence Le Cardinael Lienart.

A la demande de M. le Chanoine B. Beck, Curé-Doyen, Mgr Delamaire, délégué par S.S. Pie X, couronne solennellement ND de Bollezeele le 10 mai 1910
A la demande de M. le Chanoine B. Beck, Curé-Doyen, Mgr Delamaire, délégué par S.S. Pie X, couronne solennellement ND de Bollezeele le 10 mai 1910

1980 : Construction de la Chapelle de la Source

En 1978, le Doyen Michel Liévin décida, avec l’avis des habitants du Hameau des Cinq Rues, de construire une chapelle à l’endroit où est apparue la statue de la Vierge sur les bords de l’Yser. La pierre de l’apparition est scellée sur le mur de la Chapelle.

Le 29 Juin 1980, la Chapelle de la Source fut bénie par Mgr Gand, Évêque de Lille.

En 2009, des travaux ont été réalisés pour faciliter l’accès aux personnes handicapées où à mobilité réduite.

Source de la Visitation

La procession de 2009

Cliquez sur HD dans la vidéo pour qu’elle soit un peu plus jolie.
Le titre de la chanson est : « Et il marche… » de Hubert et Marie-Louise Valentin.

Méditation devant la Vierge

Je te salue, Marie de chez nous,
Femme, ma sœur humaine,
Par Dieu vient s’établir
Dans la demeure terrestre ;
Avec toi, la terre des vivant
Devient le berceau de Dieu.

Je te salue, Marie de chez nous,
Femme humble, ma sœur humaine,
Par toi, Dieu s’éloigne
Du ciel de sa grande puissance.
Avec toi, la terre des vivants
Devient le trône de Dieu.

Je te salue, Marie de chez nous,
Femme de chaque jour, ma sœur humaine,
Par toi, Dieu vient chercher
Les oubliés de tous les jours
Pour les asseoir à ses côtés
Tout contre sa joue.

Avec toi la terre quotidienne
Devient l’espace et le temps
De Dieu Serviteur des vivants.
Je te salue Marie de chez nous.

Notre Dame de la Visitation
Notre Dame de la Visitation

One thought to “Notre Dame de la Visitation – Bollezeele”

Laisser un commentaire