Photos de l’accueil de l’abbé Verlande

Lors de la messe du 8 septembre 2013, la Paroisse Saint Augustin en Flandre a accueilli avec joie son nouveau pasteur : Ludovic Verlande, précédemment prêtre à Tourcoing.

Présenté à l’assemblée dominicale par Monsieur le Vicaire Épiscopal Michel Petitprez, il a été chaleureusement applaudi par l’assistance.

L’Eucharistie a été concélébrée avec ferveur par six prêtres ou diacres, et partagée ensuite par les nombreux fidèles.

A l’issue de la cérémonie, autour du verre de l’amitié, nous avons fait plus ample connaissance avec Monsieur l’Abbé Verlande à qui nous souhaitons la bienvenue dans notre communauté.

Il peut compter sur la bonne volonté et l’aide fraternelles de ses paroissiens.

Chapelle Curé d'Ars-Eringhem

Curé d’Ars

Curé d’Ars (✝ 1859)

Jean-Marie Vianney a grandi en pleine période de troubles révolutionnaires, c’est à dire aussi de persécution religieuse. Ainsi, Jean-Marie recevra sa première communion dans la clandestinité. Le jeune campagnard, qui n’a jamais fréquenté l’école, voudrait devenir prêtre mais son père est réticent. A vingt ans, il commence ses premières études, mais il est si peu doué pour les études que le séminaire de Lyon, où il a fini par entrer, décide de le renvoyer. Il parvient quand même à se présenter à l’ordination sacerdotale à Grenoble.

Après un premier ministère à Ecully, il est nommé curé dans une petite paroisse de 230 habitants: Ars, à 40 km de Lyon. Il y restera jusqu’à sa mort. Sa bonté, la joie dont il rayonne, ses longues heures de prière devant le Saint-Sacrement, impressionnent peu à peu ses paroissiens. Pour écouter, réconforter et apaiser chacun, il reste jusqu’à seize ou dix huit heures par jour au confessionnal.

Pendant les dernières années de sa vie, jusqu’à 100.000 pèlerins viendront chaque année pour entendre une parole de réconfort et de paix de la part de ce curé ignorant de tout, mais non pas du cœur des hommes ni de celui de Dieu. Complètement donné à sa tâche pastorale, épuisé, il aura ce mot vers la fin de sa vie: «Qu’il fait bon de mourir quand on a vécu sur la croix». Il est exaucé le 4 août 1859 quand il meurt à l’âge de 74 ans.

Il y en a qui ont l’habitude de toujours mal parler des prêtres, qui ont pour eux du mépris. Faites attention, mes enfants. Comme ils sont les représentants de Dieu, tout ce que vous dites retombe sur Dieu lui-même.
Le Curé d’Ars

Source : http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1621/Saint-Jean-Marie-Vianney.html

Chapelle du Curé d'Ars à Eringhem
Chapelle du Curé d’Ars à Eringhem
Notre Dame des Dunes à Dunkerque

Notre Dame des Dunes – Dunkerque

Notre Dame des Dunes à Dunkerque
Notre Dame des Dunes à Dunkerque

Histoire de Notre Dame des Dunes

En 1403, des ouvriers qui restauraient les remparts de la ville sont surpris par le jaillissement d’une source d’eau pure dans le sable. Ils découvrent à côté de cette source, une petite statue en bois (32 cm) de la Vierge Marie portant l’enfant Jésus dans ses bras, qui pourrait être l’œuvre d’un pêcheur qui l’aurait taillé au couteau pour orner la proue de sa barque et qui aurait été perdue lors d’une tempête. On l’appela Notre Dame de la Fontaine, puis Notre Dame des Dunes.
La légende veut que la statue, emportée en divers lieux dignes de l’abriter, disparaissait toujours pour réapparaître sur les lieux de la découverte, comme si la Vierge souhaitait y être vénérée là tout particulièrement.
Une Chapelle fut construite, longtemps isolée dans les remparts de Vauban, transformée en atelier de munitions à la Révolution, la Chapelle explosa en 1793 et restera en ruine jusqu’à ce qu’une souscription publique en permette la reconstruction en 1815.
Lieu de vénération des dunkerquois, elle renferme de nombreux ex-votos, témoignages de reconnaissance de marins. Les vitraux, qui racontent son histoire ont été réalisés à partir de 1953 d’après les dessins de l’abbé Pruvost, prêtre et artiste.

Source : Site de la paroisse Saint Gilles de Dunkerque

Informations pratiques


Agrandir le plan

Saint Augustin d'Hippone

Saint Augustin

Saint Augustin est né à Thagaste (actuelle Souk Ahras en Algérie), le 13 Novembre 354 d’un père non croyant et d’une mère chrétienne, Sainte Monique. Il fut un brillant étudiant mais eut une jeunesse très dissipée.

Il se convertit au Christianisme et fut baptisé par Saint Ambroise en 387. Ordonné Prêtre en 391 et Evêque d’Hippone en 396, il fut l’un des plus grands théologiens chrétiens.

Il meurt à Hippone (actuelle Annaba en Algérie), le 28 Aout 430 lors des invasions barbares. Il est d’ailleurs fêté, par les catholiques, ce jour là.

Il est l’un des 4 Pères de l’Eglise (avec Saint Ambroise, Saint Jérôme et Grégoire 1er), un des auteurs les plus prolixes de l’Antiquité et reconnu comme l’un des 35 docteurs de l’Eglise en 1298, mais reste plus moderne que jamais.

Il est le Saint Patron des brasseurs, des imprimeurs et des théologiens.

La Vierge de Bollezeele - 1846

La Vierge de Bollezeele – Edition de 1846

La Neuvaine à Notre Dame de la Visitation a lieu, comme chaque année, à Bollezeele du 24 juin au 2 juillet 2013. Vous pouvez voir ici l’affiche de la Neuvaine 2013.

Les personnes qui la connaissent déjà seront ravis de retrouver ce témoignage qui date de 1846 :

 La Vierge de Bollezeele

invoquée sous le titre de

NOTRE DAME DE LA VISITATION

célébrée par ses miracles et vénérée de temps immémorial dans l’église paroissiale de Bollezele

Ce recueil a été édité en 1846. Aujourd’hui il est téléchargeable gratuitement grâce à Gallica, la  bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France. Cliquez sur ce lien pour y accéder :   http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6516847q.r=bollezeele.langFR

Notre Dame de la Visitation

Notre Dame de la Visitation – Bollezeele

[su_row][su_column size= »2/3″]

Parce que vous êtes là pour toujours
simplement parce que vous êtes Marie
simplement parce que vous existez
Mère de Jésus-Christ
Soyez remerciée ! — Paul Claudel

 

Origine de la dévotion à Notre Dame de la Visitation

La dévotion à Notre Dame de La Visitation est très ancienne, antérieure au XIIIe siècle. La Vierge serait apparue, sur les bords de l’Yser, sous la forme d’une statue de pierre au pied de laquelle coulait une fontaine. Lire la suite